Accueil       Préparatifs       Destinations      Itinéraires       Photos       Plan du site
Monument Valley, USA
Taj Mahal, Agra, Inde
La dame au café, Sumatra, Indonésie
Glacier Perito Moreno, Argentine
Grande torii, Kyoto, Japon
Oiseau du Brésil
VOYAGE PLUS.NET : tout sur l'art de voyager

Menu


Les précautions à prendre
- Les signes de richesse
- Les sacs
- Les bagages
- Les portefeuilles
- Les pochettes de sécurité
- Limiter les dégats
- Les chèques de voyage
- La monnaie
- Les changeurs au noirs
- Les mises en scène
- Les fausses représentations
- La corruption
- Les voleurs inattendus
- En voiture
- Les routes dangeureuses
- Les quartiers dangeureux
- Les drogues
- L'alcool
- Les opinions politiques
- Le gros bon sens

Les risques incontrôlables
Les catastrophes naturelles
  . Les tremblements de terre
  . Les irruptions volcaniques
  . Les tempêtes
  . Les innondations

- Les accidents
   . Les accidents d'avion
   . Les accidents de voiture

- Les régimes politiques
- Le terrorisme


Aide mémoire



AUSSI


Les préparatifs de voyage

-Choisir sa destination
-Établir un itinéraire
-Le budget
-Les formalités
-Les bagages
-Les transports
-L’hébergement
-La restauration
-La santé
-Le quotidien en voyage
-La communication




-Le goût du voyage
-Pourquoi voyager
-Le choc culturel
-La méfiance positive











Pour réserver billets d'avion, séjours, hôtels, voitures :
vols pas cher



Suivez-nous sur


La sécurité en voyage
Beaucoup de gens partant en voyage sont terrorisés à la perspective d'être victimes d'agression. Les inquiets, les peureux, les obsédés de la sécurité, écoutez bien: voyager n'est pas dangereux! Ce n'est pas parce que vous allez quitter votre environnement familier que vous allez obligatoirement tomber dans un coupe-gorge.

Ceci étant dit, il existe un minimum de précautions à prendre et ces précautions sont les mêmes à New-York, à Rome, à Bangkok ou à La Paz. C'est vrai qu'il existe des endroits où il faut être plus attentif qu'à d'autres. Par exemple, le risque de vol est plus élevé au Pérou qu'en Bolivie, allez savoir pourquoi! Mais, gros risque ou petit risque, les moyens de les contrer sont exactement les mêmes. On ne doit pas prendre moins de précautions quand le risque est minime ni être plus vigilant quand le risque est élevé. Toutes les mesures de prévention relèvent du simple gros bon sens et on n'a qu'à les adapter aux conditions du pays que l'on visite. Le risque existe, mais c'est un risque contrôlé que quelques règles de prudence tout à fait élémentaires réduisent considérablement
On associe volontiers la notion de danger à celle de pauvreté: un pays riche serait moins dangereux qu'un pays pauvre. Le sentiment d'absolue sécurité qu'on éprouve dans un environnement familier est aussi trompeur que le sentiment de menace qui peut nous affecter quand on en sort. Ce n'est pas parce que l'environnement est différent qu'il est plus menaçant. Tous les habitués du voyage vous le diront : c'est encore dans les grandes villes américaines qu'ils font le plus attention.

Pour le voyageur ordinaire, il y a très peu de pays à risque. Ceux qui présentent un danger certain sont presque tous totalement inaccessibles aux touristes. D'ailleurs, mis à part un travailleur humanitaire ou un journaliste, qui pourrait avoir envie d'aller passer ses vacances dans un pays en état de guerre civile? Cependant, certaines régions de pays tout à fait sécuritaires peuvent présenter des risques et quelques grandes villes occidentales, parfaitement respectables par ailleurs, ont des quartiers peu recommandables (comme le Downtown  à Miami). On les évite, tout simplement.

Sans commentaires...
Sans commentaires..

La plupart des voleurs ne vont pas attaquer leur victime mais se contenter de la soulager de ses biens. C'est de ceux-là qu'il faut se méfier le plus : les pickpockets, les coupeurs de sacs ou tout bonnement les gens qui ne rendent pas toute la monnaie. Si le voyageur court plus de risques d'être volé en voyage que chez lui, c'est tout simplement parce que son mode de vie et ses déplacements continuels l'exposent à des situations où le risque est plus élevé : les bains de foule, les lieux publics et les endroits touristiques. Les quelques mesures préventives qui compliquent la vie des délinquants doivent devenir partout de saines habitudes.

Il en va de la sécurité comme de la santé. Les problèmes seraient minimes s'ils se produisaient à la maison, mais quand on est en voyage ils peuvent devenir extrêmement gênants.

Pour de plus amples informations, consultez  les rubriques de Conseils aux voyageurs mises à jour régulièrement par les divers ministères des Affaires étrangères:


Belgique

Canada

France

Suisse

Grande-Bretagne
États-Unis



Les précautions à prendre

-  Les signes extérieurs de richesse

Partout dans le monde, il vaut mieux éviter de tenter les voleurs en affichant ses signes extérieurs de richesse. On laisse ses bijoux à la maison, on s'achète une montre bon marché pour la durée du voyage, on porte de petites boucles d'oreilles sans valeur, on évite les vêtements chics et les maquillages trop savants, on remplace ses belles valises et ses beau sacs de cuir par des accessoires moins précieux. Bref, on évite d'attirer l'attention. Si on voyage d'un hôtel de luxe à l'autre, là où le client est souvent traité selon ses signes de fortune apparents, on se déguise en personne ordinaire quand on sort dans la rue.


Sans commentaires...

-  Les sacs

Les sacs à main et les sacs de voyage doivent être portés en bandoulière, passés par-dessus la tête - jamais seulement glissés sur une épaule - et toujours devant soi. Il faut se montrer particulièrement attentif dans les mouvements de foule et développer le réflexe de bien s'accrocher à son sac. On peut ruser avec les voleurs;  garder tous ses biens précieux ailleurs, ne charger son sac que de choses sans valeur - papier hygiénique, trucs à grignoter et à boire - et le porter comme si sa vie en dépendait.

Si vous tenez à vous promener plutôt avec un petit sac à dos, portez-le idéalement en kangourou, devant vous. Ou alors, n’y transportez rien que vous regretteriez amèrement en cas de vol.
-  Les bagages

Il ne faut jamais, si peu que ce soit, déposer son sac par terre ou laisser ses bagages sans surveillance, particulièrement dans les lieux publics ou très fréquentés comme les gares, les aéroports et les marchés publics.  Il peut y avoir partout des gens qui n'attendent qu'une fraction de seconde d'inattention de la part du voyageur pour partir avec ses biens.

Il est sage, dans ses déplacements, de boucler ses valises avec un petit cadenas. Outre que cette mesure devrait rassurer certaines personnes qui craignent de servir de passeurs clandestins pour des produits défendus ou le profit d'un vol, certaines consignes vont refuser les bagages qui ne sont pas fermés à clé. Il faut même parfois prévoir une chaîne de vélo et un gros cadenas pour arrimer ses bagages aux montants du porte-bagages. On peut aussi utiliser cette méthode pour attacher ses valises à l'occasion d'un long voyage en transport en commun.





Ça déborde...



Retour en haut de page
-  Les portefeuilles

Ne placez jamais votre portefeuille dans votre sac à dos. Ce serait faire la vie belle au voleur qui vous aurait vu. Les portefeuilles doivent être rangés dans une poche avant, jamais dans la poche arrière du pantalon, trop facile à dépouiller. Il est recommandé de n'y garder qu'un minimum d'argent et de mettre ses cartes de crédit en sécurité ailleurs.

-  Les pochettes de sécurité

Les pochettes de sécurité les plus efficaces sont celles qui se portent sous les vêtements, à même la peau sous la chemise ou épinglées à l'intérieur de la ceinture du pantalon. Les pochettes kangourous, qui se portent sur l'abdomen, sont très faciles à voler si on ne prend pas la peine de glisser la ceinture à l'intérieur des passants du pantalon ou de la jupe. Il est préférable encore de les recouvrir d'un vêtement long, manteau, chandail ou t-shirt.
-  Limiter les dégâts

Il faut s'organiser autant que possible pour disperser ses biens les plus précieux: argent comptant, carte de débit, cartes de crédit, passeport et billets d'avion. Si on se fait voler malgré toutes ses précautions, ça permet de limiter les dégâts. Avant le départ, on fait une photocopie de la page principale de son passeport et de ses billets d'avion, on prend en note les numéros de ses cartes de crédit, de son ou de ses permis de conduire - le local et l'international - de ses polices d'assurance et, s'il y a lieu, des numéros de téléphone où appeler en cas d'urgence. Ces renseignements peuvent se révéler d'un grand secours en cas de déclaration de vol ou advenant le besoin de remplacer certains documents. On range ces renseignements à part dans sa valise. On peut aussi en garder une version dans son courrier électronique.

-  Les chèques de voyage

Les chèques de voyage ont été créés pour éviter de trimballer sur soi de grosses sommes d'argent comptant. Cependant, il existe des faussaires très habiles capables de contrefaire à s'y méprendre la signature qui apparaît déjà en haut du chèque. Si vous voulez être certain d'être remboursé en cas de vol, ajoutez toujours votre numéro de passeport à votre signature au moment d'encaisser vos chèques, même quand on ne vous le demande pas.

Ceci dit, les chèques de voyage sont de moins en moins utilisés. Avec le développement des distributeurs de billets (ATM)  à peu près partout dans le monde, accéder à son argent, au besoin,  est beaucoup plus simple de cette façon.

-  La monnaie

Il faut toujours compter sa monnaie sur place, devant la personne qui l'a remise. Certains s'y entendent pour se prélever de généreux pourboires aux dépens du touriste trop confiant. Quand on paie pour un service ou un achat, on peut faire le compte de la monnaie qu'on doit nous rendre sur sa calculatrice, devant le préposé. C'est beaucoup plus gênant pour ce dernier de ne pas tout y mettre. Et on recompte quand même ce qu'il nous a remis!
- Les changeurs au noir

Il existe des coins du monde où les changeurs au noir prolifèrent. On ne s'y résout que si on est vraiment mal pris. Les taux se révèlent rarement aussi avantageux que les changeurs le prétendent et la situation est toujours un peu risquée. Il existe aussi des changeurs de rue qui, eux, opèrent ouvertement sinon de façon tout à fait légale. Ces changeurs sont à la recherche de monnaies fortes et ne vont changer que des billets de banque. Quand on fait affaire avec eux, il vaut mieux effectuer le calcul soi-même sur sa propre calculatrice de poche, très ostensiblement, en fonction du taux qu'on nous offre. C'est le meilleur moyen de s'assurer une transaction honnête.



Le change...au noir?



-  Les mises en scènes


Certains voleurs sont de véritables spécialistes des mesures de diversion destinées à vous faire baisser votre garde : on laisse tomber ses paquets ou sa monnaie, on simule une altercation, on vous enduit d’un produit salissant... Ne vous laissez pas abuser par ces mises en scène : ne bronchez pas et ne lâchez jamais votre sac. Soyez spécialement attentif si on se bouscule autour de vous.  Les voleurs opèrent généralement en équipe : pendant que l'un attire ailleurs l'attention de la victime, un autre se charge de la dépouiller et un troisième s'enfuit avec le produit du vol.

Parenthèse

Coupeurs de sacs

Il m'est arrivé une seule fois fois d'être victime d'un coupeur de sacs. Ça s'est produit dans la vieille ville de Quito, en Équateur. C'était le premier jour du voyage et, sur le coup, je ne me suis rendu compte de rien. Je n'avais pas encore repris toutes mes bonnes habitudes et j'avais baissé ma garde. Mais je n'étais quand même pas complètement idiote: mon voleur s'est enfui avec un paquet de papiers-mouchoirs et un petit foulard sans valeur. Par instinct, j'avais gardé la main sur mon appareil photo. (G.L.)

-  Les fausses représentations


C’est rare, mais il peut arriver que des fraudeurs qui se prétendent policiers abordent le touriste sous toutes sortes de prétextes : vérification d'identité ou de carte touristique, ou perception d’une taxe obligatoire pour tous les étrangers. Il ne faut jamais montrer ses papiers sur-le-champ, encore moins payer, et surtout ne jamais accepter de monter en voiture. Les faux policiers ne sont généralement pas dangereux. Quand on exige d'aller à pied au poste de police le plus proche, ils se découragent et laissent leur victime tranquille en jouant les généreux. Personne n'est dupe mais tout le monde sauve la face.

-  La corruption

La corruption est malheureusement un phénomène extrêmement répandu sur la surface de la Terre, particulièrement dans les pays défavorisés. En cas d'ennuis et face à un vrai policier ou à un vrai fonctionnaire, quelques dollars suffisent généralement à tirer n'importe qui d'embarras, que l'infraction soit réelle ou non. Ce n'est jamais une pratique recommandée mais on peut s'y risquer en dernier recours.

-  Les voleurs inattendus

Il faut savoir que les voleurs ne sont pas toujours des hommes à mine patibulaire! Ce sont souvent des femmes ou des enfants à qui on donnerait le bon Dieu sans confession. Il faut savoir aussi que bien des vols sont commis par d'autres touristes, dont on ne se méfie pas assez. Sans tomber dans la paranoïa, soyez quand même très prudent quand un nouvel ami voyageur s’invite chez vous. Certains routards réussissent à voyager à bien peu de frais!
-  En voiture

Quand on gare sa voiture, il ne faut pas non plus abandonner quoi que ce soit de visible sur aucune des banquettes. Ce qu'on laisse traîner n'a peut-être pas de valeur mais le voleur ne le sait pas. Ce n'est jamais agréable de retrouver son auto avec une vitre fracassée. Dans les sites touristiques à l'écart des zones habitées, il est plus prudent de prendre un parking payant bien gardé. De même, il faut éviter de laisser traîner près des fenêtres ouvertes de son véhicule des objets qui peuvent être facilement fauchés par un voleur en moto au moment d'un arrêt obligatoire. On coince prudemment la ganse de son sac à main dans la boucle de sa ceinture de sécurité. Le voleur qui n'hésiterait pas à plonger la main jusqu’au plancher de la voiture pour s'en emparer aurait toute une surprise!

-  Les routes dangereuses

Même quand on circule en voiture, on n'est pas à l'abri d'un guet-apens. Il existe des tronçons de route qu'il vaut mieux ne pas emprunter. Les endroits dangereux sont bien indiqués dans les guides et doivent être soigneusement évités. Pour plus de prudence, il vaut toujours mieux se garder de conduire la nuit.



Cone de sécurité


-  Les quartiers dangereux

Il n'est jamais prudent de s'aventurer après la tombée de la nuit dans des secteurs peu fréquentés et mal éclairés. De même, il existe dans beaucoup de villes des quartiers où il n'est pas bon de se promener, même en plein jour, sans une solide escorte. Ces quartiers sont indiqués dans les guides, et souvent les habitants vont prévenir l'étranger qui serait tenté de s'y aventurer.

-  Les drogues


Nulle part au monde il ne faut prendre de risque avec quelque drogue illicite que ce soit. Il existe dans beaucoup d'endroits des complicités douteuses entre les vendeurs et les policiers. Une infraction peut coûter très cher, sans compter que dans bien des pays on ne plaisante pas avec le sujet.

-  L'alcool


La réglementation sur le taux d'alcool toléré dans le sang d'un chauffeur varie d'un pays à l'autre: de 0,10 g/l (dans une vingtaine d’États américains) à rien du tout (au Chili). En Europe, les taux permis varient de l'interdiction totale à 0,9 g/l. Il faut connaître celle du pays où l'on va conduire et s'y conformer scrupuleusement. Si on peut s'abstenir complètement de boire avant de conduire, c'est encore mieux. En cas d'accrochage, même si le chauffeur étranger n'est pas fautif, ça peut épargner bien des problèmes.

-  Les opinions politiques

Dans les pays aux régimes politiques contestables, évitez d'aborder la question et d'étaler vos critiques devant les citoyens du pays. Vous ne savez jamais à qui vous avez affaire. Vous ne voudriez pas vous retrouver en prison pour crime de lèse-majesté, subversion ou espionnage au profit d'une nation occidentale!

- Le gros bon sens

Les meilleures précautions que l'on puisse prendre sont toujours dictées par le gros bon sens: n'accéder à aucune demande qui paraît bizarre, ne pas se laisser piéger par certaines mises en scène, ne laisser personne s'inviter de force dans sa chambre d'hôtel, ne laisser à personne le soin de compter son argent pour soi, ne confier à personne ses papiers importants.

Conseils généraux en cas de vol, agression ou attentat :

Les risques incontrôlables

Il existe certains facteurs de risque sur lesquels le voyageur a peu ou pas de contrôle, qu'ils soient de l'ordre des phénomènes naturels ou qu'ils relèvent de l'activité humaine. A cause de l'importance des dégâts qu'ils causent ou du nombre de victimes qu'ils font, certains événements malheureux semblent présenter un risque considérable. Il n'en est rien. Statistiquement parlant, il faut être extrêmement malchanceux pour faire partie des victimes.
Les catastrophes naturelles

-  Les tremblements de terre

Personne encore ne peut prévenir le touriste de l'approche d'un tremblement de terre. Certaines zones de la croûte terrestre sont plus exposées que d'autres, comme la côte Ouest de l'Amérique, mais Dieu merci! les séismes de forte amplitude sont rares. Dans les régions à risque, tous les hôtels affichent des instructions sur la conduite à tenir en cas de tremblement de terre. Elles sont simples: abritez-vous sous un meuble solide, lit, table ou bureau et tenez-vous loin des vitres et des miroirs, dont les éclats pourraient vous blesser. Si l'immeuble s'écroule autour de vous, n'essayez pas de sortir par vos propres moyens. Signalez régulièrement votre présence et attendez plutôt les secours.




Tremblement de terre en Californie


Les tsunamis, causés par des tremblements de terre ou des glissements de terrain sous-marins, sont un phénomène extrêmement rare. Celui du 26 décembre 2004, de par son ampleur et le nombre de ses victimes, a causé un véritable choc nerveux collectif qui persiste encore dans les mémoires. Les chances qu’un tel phénomène se reproduise dans un avenir prévisible sont très minces. Mais si jamais vous voyez la mer se retirer devant vous bien au-delà de la ligne normale de marée basse, courez vite dans le sens opposé, le plus loin et le plus haut possible.

Pour  en savoir plus : 
International Tsunami Information Center
-  Les éruptions volcaniques

Par contre, à proximité des volcans, des tremblements de terre annoncent souvent une éruption volcanique. Un peu partout dans les régions à risque, les volcanologues et les gouvernements locaux travaillent de concert. Selon l'avis des scientifiques, les autorités se chargent de faire évacuer les populations si la montagne devient trop menaçante. Avec les progrès de la volcanologie, les explosions surprises sont devenues assez rares pour que le risque qu'un voyageur en soit victime soit à peu près nul.

Pour en savoir plus :  Volcano Discovery (en français)

Volcan actif en Indonésie

- Les tempêtes

Les ouragans, typhons et cyclones - c'est la même chose: ouragans sur l'Atlantique, typhons sur le Pacifique et cyclones sur l'océan Indien - s'annoncent aussi. Ces dangereux phénomènes climatiques frappent les régions au bord des mers chaudes, qui les alimentent, et diminuent d'intensité une fois rendus au-dessus des terres ou des eaux plus froides. Les météorologies peuvent alerter assez tôt ceux qui se trouvent sur le passage d'une tempête et leur donner ainsi le temps de quitter les lieux. Ceux qui déjà ont voyagé dans le sud des États-Unis ont sûrement remarqué les panneaux signalant les routes d'évacuation en cas d'ouragan. Ailleurs, où l'on n'est peut-être pas aussi bien organisé, il suffit de rentrer le plus possible à l'intérieur des terres, sur les hauteurs de préférence, et d'attendre la fin de l'ouragan avant de repartir.

Par contre, les tornades, qui se développent au-dessus des terres, restent encore imprévisibles. Les conditions météorologiques qui les causent sont bien connues, mais il est encore impossible de savoir avant la dernière minute si elles vont effectivement se former, où elles vont frapper et avec quelle intensité.


Pour suivre l’évolution des ouragans, le site du National Hurricane Center à Miami. Le centre suit l'évolution des tempêtes sur une large partie de la planète.On y trouve des liens vers les autres centres de suivi des tempêtes ailleurs dans le monde.
- Les inondations

Paradoxalement, c'est dans les zones désertiques que se produisent les inondations les plus dangereuses : les inondations subites. Le sol sec et dur absorbe mal l'eau des pluies, qui s'accumule vite et ruisselle avec une violence incroyable. Une rivière asséchée peut devenir en quelques secondes un torrent gigantesque. Chaque année, des automobilistes pourtant avertis s'y font prendre. Les endroits les plus exposés sont les fonds des vallées et sont souvent signalés par des panneaux avertisseurs. Quand le temps a l’air de se gâter, même au loin, on s’organise pour écouter les prévisions de la météo avant de s’aventurer sur une route de désert. A la première alerte, on se réfugie sur les hauteurs.

Certaines zones tropicales connaissent des périodes de mousson très intenses. Des pluies torrentielles provoquent inondations et glissements de terrain, souvent avec des conséquences dramatiques. Comme il n’est jamais très agréable de voyager par mauvais temps, il est plus sensé et plus sûr de visiter ces régions en saison sèche.

Pour en savoir plus :   wikipedia



Inondation...


Les accidents

-  Les accidents d'avion

La peur de l'accident d'avion appartient à la catégorie des peurs irrationnelles. Les compagnies aériennes transportent chaque année au-delà d'un milliard de passagers. C'est phénoménal! Bien peu d'entre eux sont victimes d'un accident. En fait, les statistiques démontrent que le trajet de l'aéroport à son domicile est plus dangereux que le vol lui-même. Si vous êtes du nombre des angoissés et que vous voulez suivre une thérapie, vérifiez auprès du département de psychologie de l’université la plus près de chez vous s’il n’offre pas des services de traitement des troubles de panique. Ces services coûtent beaucoup moins cher que ceux d'un thérapeute privé.

Pour en savoir plus :    Air Safe      ABM.fr (vaincre sa peur)

-  Les accidents de la route

Si on est quand même un peu plus exposé aux accidents de la route en voyage que chez soi, c'est tout simplement parce qu'on passe plus de temps en déplacements. Quand on conduit avec un peu de vigilance, le danger n'est pas réellement plus élevé.

Quand on emprunte les transports en commun sur des routes invraisemblables, encombrées, étroites, boueuses, effondrées, sinueuses, entre falaise et ravin, on n’a pas d’autres choix que celui de faire confiance au chauffeur. La plupart des chauffeurs qui conduisent des véhicules dans des conditions extrêmes sont chevronnés et consciencieux. Les accidents sérieux sont étonnamment rares.

Les régimes politiques

S'il fallait éviter systématiquement tous les pays aux régimes politiques contestables ou sous dictature militaire, une bonne partie des destinations touristiques seraient rayées de la carte. Là où la répression s'exerce, elle s'exerce contre la population locale, jamais contre le touriste qui se tient tranquille. Ce dernier y est au contraire superbement bien traité. Pour deux raisons : les autorités tiennent à redorer leur image auprès des étrangers et les gens du pays profitent de la venue des voyageurs comme d'une bouffée d'air frais.

Pour des discussions sur le tourisme dans les pays dictatoriaux : Enjeux Internationaux

Le terrorisme

Le terrorisme est probablement le plus efficace des repoussoirs dans le choix d'une destination touristique. A tort. La quasi-totalité des pays où les dangers sont réels et quotidiens refusent d'accueillir des touristes. Les autres, où l'activité terroriste est sporadique et localisée, continuent d'ouvrir grandes leurs portes en toute sécurité. Les incidents dramatiques ou spectaculaires impliquant des étrangers - assassinats, prises d'otages, enlèvements - sont extrêmement rares. Si rares, en fait, qu'ils ne devraient pas avoir d'impact sur la clientèle touristique. Pourtant, ils en ont, à cause de la considérable publicité qu'on leur accorde et de notre complète ignorance du phénomène du terrorisme.

L'objectif des terroristes est de terroriser, justement, et que ça se sache. Quelle que soit la cible qu'ils choisissent, leur but est de déstabiliser le gouvernement et de saborder l'économie. Le meilleur moyen de contrer le terrorisme, c'est de ne pas céder à la peur. Et personne n'a besoin de jouer au héros pour y arriver.

Pour une discussion sur les effets du terrorisme sur le tourisme :
Géotourisme
Aide mémoire

Calmez vos inquiétudes :
  • Voyager n'est pas vraiment plus dangereux que de rester chez soi.
  • La principale cause de danger, c'est le comportement du voyageur lui-même.
  • À part les pays en guerre, il n'y a pas de pays plus dangereux que d'autres. Il y a simplement des pays où il faut faire plus attention.
  • Les précautions à prendre sont les mêmes partout et relèvent du simple gros bon sens.



Dormir sur ses deux oreilles...



Retour en haut de page
Retour à la page d'accueil    /    Qui sommes-nous     /     Nous contacter