Accueil      Préparatifs      Destinations      Itinéraires       Photos       Plan du site
Monument Valley, USA
Taj Mahal, Agra, Inde
La dame au café, Sumatra, Indonésie
Glacier Perito Moreno, Argentine
Grande torii, Kyoto, Japon
Oiseau du Brésil
VOYAGE PLUS.NET : tout sur l'art de voyager
Menu
Les formalités avant le départ
Le passeport
Comment l'obtenir
La validité

Le visa
Coment l'obtenir
La validité
Le nombre d'entrées
Difficultés particulières
Les cartes touristiques
Les permis spéciaux

Autres permis
Le permis de conduire international
Les cartes d'étudiant

Ce qu'est une ambassade
Ce qu'elle n'est pas

Les assurances
Les besoins
L'assurance médicale
L'assurance annulation
L'assurance bagage
Les plans complets

Laisser la maison  
Quelques conseils


Les formalités en voyage

Les contrôles intérieurs
L'enregistrement des touristes
Les contrôles militaires

L'enregistrement aux  hôtels


Les formalités au retour

Au retour
Les taxes d'aéroport
Les douanes
Les produits interdits

Aide-mémoire



AUSSI



-Choisir sa destination
-Établir un itinéraire
-Le budget
-Les bagages
-Les transports
-L’hébergement
-La restauration
-La santé
-La sécurité
-Le quotidien en voyage
-La communication




-Le goût du voyage
-Pourquoi voyager
-Le choc culturel
-La méfiance positive











  




Suivez-nous sur

Les formalités

Voyager est une activité très contrôlée durant laquelle le voyageur est soumis à d'innombrables formalités. Mettre le pied dans un pays étranger, s'y déplacer, s'y loger et y effectuer des opérations financières ou commerciales, tout ceci entraîne son lot de tracasseries. Toute personne qui souhaite voyager doit effectuer un certain nombre de démarches administratives tout à fait normales et légitimes. Ces complications font partie de l'expérience sociale de voyager. Elles doivent être acceptées avec une bonne dose d'humour et une parfaite bonne volonté. Elles sont mineures si on a prévu du temps et qu'on s'est armé de patience.


Les formalités avant le départ
Le passeport

La première formalité consiste à s'assurer de posséder un passeport valide. Le passeport est à la fois un titre d'identité et une preuve de citoyenneté. Il est toujours émis par les autorités du pays d'origine et prouve l'appartenance officielle du détenteur à une communauté politique déterminée. Dans la plupart des pays étrangers, c’est le seul document officiel qu’on reconnaît comme preuve de votre d’identité. Vous devez donc toujours l’avoir avec vous, d’autant plus que dans beaucoup de pays, la carte d’identité est obligatoire
.

-  Comment l'obtenir

Le passeport est obtenu en remplissant un formulaire de demande, adressé aux autorités compétentes, auquel on joint les documents et photos réglementaires et le paiement des droits

Les exigences peuvent varier d’un pays à un autre :

 Belgique    Canada   France   Suisse 
   

-  La validité

Le passeport est valide pour une durée de cinq ans à dix ans, selon les pays, à partir de la date d'émission. Mais de nombreux pays exigent que le passeport soit encore valide pour quelques mois supplémentaires (généralement six mois) avant de laisser pénétrer le voyageur sur leur sol, même si celui-ci a prévu de rentrer chez lui bien avant la date d'expiration. Donc, si son passeport en est à ses derniers kilomètres, on doit vérifier avant de partir qu'on peut encore l'utiliser dans le pays de sa destination. Il faut également s'assurer qu'il contient suffisamment de pages vides pour satisfaire aux besoins des administrations avec lesquelles on va faire affaire.


Passeport1

Passeport 2
Retour en haut de page

Le visa

Le visa est une autorisation officielle d'entrer et de circuler dans un pays dont on ne possède pas la citoyenneté. Les pays n'exigent pas tous des visas, ne les exigent pas tout le temps ni pour les visiteurs de tous les pays. Pour certains pays, les visas sont un moyen sévère de contrôler la circulation des étrangers sur leur sol. Pour d'autres, c'est avant tout une façon de se procurer facilement des devises étrangères fortes.

Il est très important de vérifier les exigences du pays à visiter, en matière de visas, avant de partir.


Les sites web suivants peuvent vous y aider :

Embassy WorldWide: mise en lien avec les sites officiels des ambassades et consulats dans tous les pays du monde, en anglais.
Action-visas: en plus des informations sur les formalités nécessaires, ce site propose également de faire les démarches pour l’obtention des visas pour certaines destinations. Le plus souvent, l'information ne concerne que les ressortissants français
Visa-en-ligne: service dédié aux formalités de voyage vers plus de 50 destinations dont la Chine, Cuba, la Thaîlande, l'Algérie, l'Arabie Saoudite, la Russie, l'Inde. En français.

Project Visa: un site très complet et fiable, en anglais.
Visa HQ: idem.

De plus, on trouvera dans notre section DESTINATIONS ) en cliquant sur le pays visé) des liens directs concernant la nécessité d'un visa pour chacun des 190 pays ou territoires répertoriés.

-  Comment l'obtenir

Le visa est le plus souvent émis par les autorités du pays de sa destination par l'entremise de ses bureaux à l'étranger, consulat ou service consulaire de l’ambassade. On remplit un formulaire, on fournit les photos demandées et on acquitte le montant réclamé. Le prix des visas varie considérablement d'un pays à l'autre. Le visa est apposé dans le passeport du détenteur.

On peut aussi parfois obtenir son visa dans un pays voisin de sa destination quand on prévoit y passer, ou encore au moment de franchir la frontière. Dans ce dernier cas, il faut s’assurer d’avance que cela est  possible. Attention : dans certains pays, il est possible d’obtenir un visa au moment de l’entrée sur le territoire, mais pas à tous les postes frontières.

Même si on ne réclame pas toujours de photos pour l'émission d'un visa, il est préférable d'en avoir quelques-unes à sa disposition au cas où elles seraient nécessaires

Attention : demandez toujours votre visa avant de partir si vous avez besoin d'un visa à deux ou plusieurs entrées, ou encore si vous prévoyez un séjour plus long que les quinze ou trente jours souvent accordés dans les visas obtenus aux frontières.


-  La validité


Le visa décrit le motif du séjour dans le pays : visite familiale, tourisme, commerce ou travail. Il est accordé pour une durée limitée.


La durée de validité du visa varie. Dans certains cas, elle commence à courir dès l'obtention; il vaut mieux alors s'assurer que le visa est encore valide au moment du séjour, sinon il faudra l'obtenir à partir d'un pays voisin.

Dans d'autres cas, la validité commence seulement au moment où l'on met le pied dans le pays. Dans ce cas, le visa doit généralement être utilisé dans les délais prescrits après sa date d'émission, sinon il ne vaut plus rien.

Lorsqu’on décide de partir en voyage pour une longue période, la situation est plus compliquée. Il devient difficile, sinon impossible, de faire faire tous ses visas avant le départ de façon à ce que ceux-ci soient toujours valides au moment prévu pour l’entrée au pays. Il faut donc planifier un peu et s’assurer d’obtenir certains visas dans un pays voisin se situant sur son parcours. Ainsi, Bangkok est devenue une plaque tournante pour l’obtention de visas pour l’ensemble du Sud-est asiatique, voire même de l’Asie tout entière.

Dans plusieurs pays, mais pas partout, il est possible de prolonger la durée de son visa en payant un montant supplémentaire.

-  Le nombre d'entrées

Le visa est accordé pour une ou plusieurs entrées. Quand on fait préciser le nombre d'entrées sur son visa, il faut songer à ses déplacements dans les pays voisins et s'assurer de pouvoir revenir dans le pays émetteur autant de fois que son itinéraire le prévoit. Quand on n'est pas sûr du nombre, on ne prend aucun risque et on fait indiquer entrées multiples. C'est très important, car une fois atteint le nombre d'entrées, le visa est considéré comme expiré et doit être remplacé. C'est parfois compliqué de réclamer un second visa dans des délais assez courts après l'émission du premier.

Prêt pour l'embarquement


Frontière USA-Mexique


Tampon

Les difficultés particulières
  • Dans certains pays, il est impossible d’obtenir une prolongation de visa au-delà de la période maximale autorisée pour les touristes. Il faut alors sortir du pays et faire une nouvelle demande.
  • Certains pays sont très exigeants quant à la preuve de sortie du pays à la fin du séjour. Ces pays n’émettront pas de visas sans preuve formelle d’un billet d’avion pour la sortie du pays.
  • Attention : certains pays vont refuser de laisser entrer l'étranger qui a commis l'erreur de passer d'abord par un pays avec lequel ils sont en conflit, et ce même s'il est muni d'un visa en règle. Ainsi, si votre passeport porte les traces d'un passage en Israël, ne serait-ce que le coup de tampon du point d'entrée en Jordanie, n'espérez pas visiter la Syrie ou le Liban.
  • Quelques pays, dont la Russie, exigent une «invitation» comme condition d’obtention du visa. Cette invitation peut provenir, par exemple, d’une connaissance dans le pays mais aussi de l’hôtel où vous aurez fait votre réservation. Au besoin, des organismes qui se spécialisent dans les démarches d’obtention de visas se chargeront de vous obtenir cette «invitation».
  • Il peut arriver qu'un fonctionnaire de l'immigration désire s'assurer que le visiteur étranger possède suffisamment d'argent pour couvrir ses frais de séjour. Secouer une liasse de chèques de voyage sous son nez suffit généralement à le contenter. Avec les progrès de l'électronique, une carte de débit de guichet international leur fait le même effet.
  • Certains pays, qu’ils émettent des visas ou non,  vont charger une taxe d'entrée ou une taxe de sortie à ceux qui passent la frontière. Il est toujours prudent d’avoir les fonds suffisants à portée de main.
  • La nature humaine étant ce qu’elle est, il est sage de soigner sa tenue et son apparence quand on traverse une frontière. Les fonctionnaires de l’immigration ont aussi leurs préjugés et il vaut toujours mieux en tenir compte.
  • Dans le même registre, en cas de problème à une frontière, il faut toujours rester calme : sachez que le fonctionnaire de l’immigration est toujours en position de force et qu’un affrontement ne tournera jamais à votre avantage.


Le voyageur et son     ambassade

La plupart des gouvernements ont des représentations diplomatiques dans la plupart des pays étrangers : une ambassade dans la capitale et, très souvent, des consulats dans les autres grandes villes. Les ambassades s’occupent des relations diplomatiques entre pays alors que les consulats s’occupent des relations avec les citoyens ordinaires. Mais toutes les ambassades offrent des services consulaires et c’est avec ceux-ci que le simple citoyen fait affaire quand il s’y présente. Beaucoup de gens considèrent ces missions diplomatiques comme un coin de leur pays en territoire étranger où, quoi qu'il leur arrive, ils vont pouvoir se retrouver chez eux et être traités comme faisant partie de la famille. Ce n'est pas faux, mais c'est loin d'être complètement vrai.

Les ambassades, via leurs services consulaires, limitent généralement leurs activités à des services purement administratifs. Par exemple, on va remplacer un passeport perdu ou volé, avec célérité si on peut fournir les documents nécessaires.

Mais ce ne sont pas des services de dépannage pour voyageurs en difficulté. Si vous avec un problème (vous êtes malade, vous avez été agressé, vous avez des démêlés avec la police locale), n'escomptez pas trop une oreille compatissante de leur part. La machine diplomatique ne se mettra en branle qu'en cas d'insurrection ou de catastrophe naturelle, ou à la demande expresse du ministère des Affaires étrangères. En temps normal, l'ambassade ou le consulat limitent leur intervention à vous fournir le nom d’un médecin, d'un dentiste ou d'un avocat, ou à donner un coup de fil chez vous. Les employés peuvent quelquefois vous conseiller, mais jamais ils ne vous fourniront de l'argent ni ne vous prendront en charge.

Plus d'infos : France : le rôle d'un consulat


Les cartes touristiques

Certains pays n'exigent pas de visa mais émettent des cartes touristiques pour les visiteurs étrangers. Ces documents s'obtiennent aux frontières aéroportuaires ou terrestres et sont souvent gratuits. La carte touristique indique le nombre de jours où le visiteur est autorisé à séjourner dans le pays. Il faut vous assurer quand vous l'obtenez qu'on vous accorde suffisamment de temps pour la durée de votre séjour. Les critères d'attribution n'ont parfois rien de rationnel et une erreur peut être difficile à corriger.

D'autres pays émettent des cartes touristiques en plus du visa. Ces cartes doivent être conservées dans les plis du passeport et remises aux autorités du pays émetteur quand on le quitte. Si on doit revenir dans le même pays, on s'en verra remettre une autre en passant la frontière dans l'autre sens.

Les permis spéciaux

Certaines régions, particulièrement en Asie, même dans un pays facilement accessible, ne peuvent être visitées que si on obtient une autorisation spéciale. C'est le cas du Sikkim, en Inde. À prévoir généralement lors de la demande de visa. Il faut parfois prévoir de plus longs délais d’obtention. Ces endroits sont identifiés dans les guides de voyage. 

Autres permis

Le permis de conduire international
Pour conduire dans certains pays étrangers (pour les Européens, en dehors de la communauté européenne), il peut être nécessaire d'obtenir un permis de conduire international.

Ce permis n'est pas autre chose que la
confirmation officielle, en plusieurs langues et avec photo, que l'on possède bel et bien un permis de conduire en règle dans son pays d'origine. Il n'est généralement pas requis pour les pays de la même langue que celle dans laquelle est rédigé son permis habituel, mais il vaut mieux s'informer avant de partir. Le permis va vous servir si vous prévoyez louer une voiture dans le pays de votre destination ou si vous êtes interpellé pour une infraction au code de la route. 

Il s'obtient facilement:
Belgique  Canada   France  Suisse 

L'auto bleu de la Havane
Les cartes d'étudiants

La présentation d'une carte internationale d'étudiant peut permettre d'obtenir des rabais substantiels dans certains transports, l’accès aux sites touristiques et une foule d’autres occasions.

L’International Student Travel Association
émet la carte étudiante ISIC à travers le monde.

La carte peut s’obtenir via : Belgique  Canada  France   Suisse




Étudiants universitaires à la bibliothèque




Les assurances

Les besoins

Avant de vous engager dans la dépense, évaluez vos besoins de façon réaliste. Commencez par vérifier la couverture que vous possédez déjà :
  • si vous êtes salarié, vous avez peut-être une assurance collective qui inclut une protection pour vous-même, votre conjoint et vos enfants lors de séjours à l’étranger;
  • vous êtes peut-être membre d’un regroupement professionnel ou d’une association qui octroie dans son membership une protection lors de voyages;
  • certaines institutions de crédit  émettent des cartes de crédit qui offrent gratuitement en prime à leurs clients détenteurs des polices d'assurance couvrant une bonne partie des risques occasionnés par le fait de voyager.
À défaut d’une couverture minimale, il y a lieu d’examiner de plus près la question. Il existe trois grands types d’assurance en voyage :
  • l’assurance médicale;
  • l’assurance annulation;
  • l’assurance bagages.
Ces assurances peuvent être prises séparément ou faire l’objet d’un forfait. Il faut savoir que l’assurance annulation et l’assurance bagages sont assez coûteuses lorsqu’on les achète à la pièce, mais beaucoup moins chères lorsqu’on se procure un forfait.
L'assurance médicale                         

Il s’agit du volet le plus important. Selon votre pays d’origine, votre régime de santé étatique couvre toujours une bonne partie des frais médicaux encourus à l'étranger.

L’assurance médicale de voyage couvre les coûts supplémentaires, s’il y a lieu, comme le rapatriement sanitaire d’urgence qui peut être extrêmement onéreux. 

Sachez cependant que la plupart des assureurs ne couvrent pas certaines activités de plein air et d’aventure considérées comme risquées. Si vous voulez faire du parachutisme ou du vol plané, au cours de votre voyage, informez-vous si la pratique de cette activité est couverte.

En général, à partir de 55 ans, le plus souvent 60 ans, les primes pour s'assurer augmentent.


Trousse de premiers soins


Retour en haut de page

L'assurance annulation

L'assurance annulation mérite un peu d'attention. Si les sommes engagées sont suffisamment importantes et si l'assurance couvre le vol de retour anticipé en cas d'urgence, le montant de la prime peut justifier qu’on se garantisse la possibilité d'un remboursement en cas de pépins. Il faut quand même savoir que la définition du mot urgence obéit à des critères restrictifs très précis qui peuvent finalement convaincre l'acheteur que la dépense n'est pas si nécessaire que ça.

L'assurance bagages

Avant d'assurer vos bagages, vérifiez que leur valeur, le fardeau de la preuve en cas de perte ou de vol, les modalités de remboursement ou le montant qu'on vous garantit en échange justifient le montant de la prime.

S’il est très emmerdant de constater que ses bagages ont été égarés, dans la très grande majorité des cas, ceux-ci sont finalement retrouvés. Sachez que les compagnies aériennes sont tenues de vous verser un montant forfaitaire pour subvenir en partie à vos besoins si vous êtes à l’étranger. La Convention de Montréal de 2003 prévoit une augmentation des limites de responsabilité du transporteur en cas de retard ainsi qu'en cas de dommages causés aux bagages (perte ou détérioration).

Les plans complets

Que vous fassiez vos démarches sur internet ou affaire avec une agence de voyage, on cherchera sans doute à vous vendre des couvertures complètes, ou forfaits, qui regroupent toutes les possibilités.

Soyez des consommateurs avertis : comparez ce qu'on vous offre et le prix qu'on en demande avec les besoins que vous avez et le risque réel que vous courez. Détaillez chacune des propositions qui vous sont faites. Examinez les conditions d'application ou les restrictions associées aux réclamations et étudiez les modalités de remboursement en cas de problème.  Vous pouvez faire vos recherches vous-même sur le net et, très souvent, vous assurer en ligne. (Voir quelques propositions ci-après.
)

S’il est nécessaire d’être assuré en voyage, surtout au plan médical, évitez de vous assurer bien au-delà du nécessaire. C'est à vous qu'il revient d'évaluer correctement ce qui vous convient.

Enfin, en ce qui concerne l'assurance-vie, celle-ci est inutile quand on est déjà assuré, surtout quand une telle assurance ne couvre le voyageur que pendant le transport aérien entre le pays d'origine et celui de sa destination. Si, en plus, vous ne laissez aucune personne à charge derrière vous, pourquoi n'achèteriez-vous pas plutôt un billet de loterie? Vos chances de gagner seraient aussi bonnes et, au moins, vos gains vous appartiendraient en propre.

Quelques compagnies d’assurances spécialisées :
Belgique 
Canada 1    Canada 2    Canada 3
France (comparateur d'assurances)
Suisse 1     Suisse 2

Laisser la maison
S'y prendre à l'avance

Partir l'esprit tranquille et laisser la maison dans un état qui permette un retour agréable demandent une gestion rigoureuse. Il faut penser à tout : les achats de dernière minute, le ménage, la lessive, les plantes vertes, les animaux domestiques et le contenu du réfrigérateur.

On s'y prend plusieurs jours à l'avance. On se fait une liste des tâches à réaliser, on établit un calendrier réaliste pour les accomplir et on se concentre sur ce qui est réellement indispensable. Ce n'est pas le moment d'entreprendre le grand ménage!


Maison bleu et rouge
Prendre des notes

Si on confie ses enfants à une gardienne, ses poissons rouges à un ami ou son jardin aux bons soins du voisin, on n'attend pas la dernière journée pour donner ses instructions. Si on a oublié quelque chose d'important, on aura ainsi le temps de se rattraper. On note tout, même les évidences. Chaque maison a ses particularités, chaque foyer ses habitudes et même les meilleures mémoires peuvent connaître des défaillances. Il ne faut quand même pas se montrer trop pointilleux. On va très bien se débrouiller sans vous.

Vérifier sa police d'assurance habitation

Quand sa maison ou son appartement doit rester vide pendant un certain temps, il vaut mieux être certain de rester assuré en cas d'effraction ou de sinistre. On relit les petits caractères de sa police d'assurance habitation ou on s'informe auprès de la compagnie de ses exigences pour nous maintenir assuré. En cas d'absence prolongée, on peut devoir faire appel à quelqu’un de confiance pour visiter son domicile tous les jours ou tous les deux jours, selon les compagnies. Une maison inoccupée représente toujours un plus gros risque pour une compagnie d'assurances.

Déléguer ses pouvoirs

Avoir une personne-ressource dans votre environnement qui aura la possibilité de réagir en cas d'urgence peut s'avérer utile. On  peut lui laisser un certain nombre d'informations utiles.

Il est vrai qu’il est maintenant  facile de faire ses transactions financières personnelles à distance via Internet et qu’on peut accéder à ses documents importants sur le web. Mais à défaut d'utiliser les moyens électroniques, une personnes-ressource sur place peut s'occuper de vos affaires.
                                                           

Les formalités en voyage

Si les formalités à accomplir avant le départ sont familières et prévisibles, celles que l'on devra effectuer durant son voyage demandent une certaine faculté d'adaptation, particulièrement dans les pays dont on ne parle pas la langue et plus encore dans ceux dont on ne lit pas l'écriture. Le handicap n'est cependant pas si terrible; on s'habitue vite aux façons de fonctionner.

Les contrôles intérieurs

L'enregistrement des touristes

Certains pays, particulièrement au Moyen-Orient, exigent que le visiteur étranger aille s'enregistrer auprès de la police locale dans la première ou la deuxième semaine suivant son arrivée. Les grands hôtels se chargent généralement de cette démarche pour leurs clients. Il est possible que les petits hôtels le fassent aussi, moyennant parfois une légère rétribution. Quand le voyageur n'est pas certain de pouvoir se fier à son hôtel, il est préférable qu'il s'en charge lui- même. La preuve de la démarche peut être un tampon - un autre - apposé sur le passeport du visiteur, et requiert parfois d'autres petites photos. L'absence dudit tampon, quand il est requis, peut valoir au voyageur en infraction une amende à payer au moment de quitter le pays.
Parenthèse

Touristes enregistrés

Nous avons dû aller nous-même deux fois nous enregistrer à la police de l'immigration. La première fois, c'était au Caire, en Égypte, au Mogamma Building, où nous devions également obtenir une prolongation de visas.

Le Mogamma est un immeuble de quatorze étages où travaillent plus de vingt mille bureaucrates. Dans ce cauchemar de béton, de couloirs et de guichets, des fonctionnaires patibulaires règnent en maîtres dans une pagaille invraisemblable, usant de méthodes administratives d'une redoutable inefficacité. Et toutes les indications sont en arabe!
Pour obtenir un service, il faut d'abord passer à un premier guichet, qui va nous vendre le formulaire dont nous avons besoin, puis à un deuxième, où nous achetons les timbres qui servent à l'acquittement des frais de service, et finalement, à l'ultime guichet qui va nous délivrer, espérons-le, ledit service. Si on s'est trompé de formulaire ou qu'on n'a pas acquitté le bon montant, il faut recommencer depuis le début. Éprouvant! Il paraît que nous avons eu de la chance: nous avons réussi l'épreuve en moins d'une heure. Et pour l'enregistrement, on nous a dit: «Canada, no need» Ouf !

La seconde fois, c'était à Tartous, en Syrie, dans un immeuble beaucoup plus petit et plus sympathique. Après avoir été promenés d'un bureau à l'autre et d'un étage à l'autre, après avoir rempli des formulaires, fourni des photos et acheté des timbres, nous attendions le coup de tampon final qui nous libérerait des arcanes de l'administration. Le superviseur chargé de donner le OK définitif à notre démarche se faisait attendre. Il faisait très chaud. Dans le bureau où nous étions coincés régnait une atmosphère décontractée très peu militaire. Sans manifester le moindre signe d'impatience, nous devisions joyeusement avec les fonctionnaires en uniforme. Puis un employé est arrivé et a déposé devant nous sur le comptoir, deux canettes de 7UP fraîches et fort bienvenues. Le temps de nous désaltérer dans la plus franche cordialité, nous avons récupéré nos passeports. Autre administration, autres moeurs! (G.L.)  

La police militaire

Dès qu’on sort des pays industrialisés, on peut être surpris par le nombre et le sérieux des contrôles policiers sur les routes. Qu'on soit dans sa propre voiture ou dans un véhicule de transport en commun, on peut se voir imposer jusqu'à cinq fois une vérification d'identité ou du contenu des bagages sur un trajet de deux cents kilomètres.

C'est
particulièrement vrai dans certains pays latino-américains. Il faut savoir que certains d'entre eux ne possèdent pas de police civile. C'est l'armée qui assure la sécurité. Officiellement, les militaires sont à la recherche de trafiquants d'armes ou de drogues. On peut pourtant se rendre compte assez facilement que leur activité révèle des manœuvres d'intimidation et de harcèlement à l'égard de certaines catégories de la population.

L'étranger en règle qui reste calme est rarement inquiété. C'est surtout son sens de la démocratie qui souffre.
  

 





Militaire...


L'enregistrement aux hôtels


Le visiteur étranger doit souvent présenter son passeport, et sa carte touristique s'il y a lieu, au moment de s'enregistrer dans un hôtel. Pour des raisons de sécurité compréhensibles, il vaut mieux ne pas laisser le document à la réception, ni non plus le confier à qui que ce soit d'autre. On remet plutôt une photocopie à ceux qui ont besoin des renseignements qui s'y trouvent pour remplir leurs paperasses. La recommandation n'a évidemment pas à être observée avec la même rigueur partout. On se fie à son jugement.

Le client doit chaque fois remplir une fiche ou un registre et donner des informations plus ou moins détaillées selon les endroits : âge, profession, motif du voyage, étape précédente, étape suivante... Dans certains cas, c'est tout juste si on ne vous demande pas la pointure de vos souliers.


Les formalités au retour
Les taxes d'aéroport

Plusieurs aéroports dans le monde font payer une taxe
spéciale qu'il faut acquitter avant de pouvoir obtenir sa carte d'embarquement.

Il faut le prévoir et garder en sa possession un montant d'argent suffisant pour la payer - ce n'est pas toujours évident à la fin d'un voyage - sinon on risque de rester cloué au sol. Il n'existe pas partout des services de crédit pour dépanner le voyageur imprévoyant et impécunieux.


Vers l'embarquement



Les douanes

En prévision du passage aux douanes au retour, on peut préparer une liste complète de tous les achats qu'on a effectués et des montants qu'on a payés. On en fait le total en monnaie locale et dans sa monnaie nationale. Officiellement, on ne doit déclarer que ce qui dépasse les exemptions autorisées, mais on peut toujours tomber sur un douanier qui voudra vérifier. On garde à la portée de la main tous les reçus qu'on possède et on ne s'inquiète pas s'il en manque. Les douaniers connaissent leur métier. Ils savent bien que tous les marchands ne donnent pas de coupons de caisse et sont parfaitement en mesure d'évaluer correctement les achats faits à l'étranger.

On déclare tout ce qu'on rapporte. C'est toujours plus simple d'acquitter quelques frais de douane que de se retrouver avec les ennuis de se voir surpris en infraction.


Les produits interdits

Il est strictement interdit de rapporter des produits végétaux, comme des graines ou des plantes, ou animaux, comme des animaux domestiques ou de la viande. Les produits fabriqués à partir d'espèces animales menacées, comme l'ivoire ou l'écaille de tortue, sont également défendus d'importation. De toute façon, si on pratique un tourisme responsable, on ne rapporte pas de produits qui mettent en danger l'équilibre des écosystèmes des pays visités.

Aide Mémoire

Les formalités
  • Voyager requiert du voyageur l'accomplissement d'un certain nombre de formalités auxquelles il doit se soumettre de bonne grâce.
  • Ces formalités sont de trois types : administratives, commerciales ou légales. Dans certains pays, on peut y ajouter les formalités policières qui se confondent souvent avec les premières.
  • Les formalités servent trois buts : premièrement, vous permettre d'accéder à des lieux, des biens et des services; deuxièmement, assurer votre protection et le contrôle de vos activités; troisièmement, assurer la protection de la société d'accueil.
  • Gardez toujours à portée de la main votre passeport, votre carte touristique ou votre permis de séjour, votre carnet de vaccination, votre carte d'étudiant et le plus récent relevé du bureau de change avec lequel vous avez fait affaire.

Retour en haut de page

Retour à la page d'accueil    /  Qui sommes-nous   /   Nous contacter